Souvenirs de voyage : l’Espagne

carte d'Espagne
Gaëlle Gauthier

Gaëlle Gauthier

Souvenirs de voyage : l’Espagne

Hola !  Des souvenirs qui ne s’oublient pas lorsqu’il s’agit de parler du pays du soleil ! Qui ne connaît pas l’Espagne et ses habitants chaleureux ? Effectivement, ce pays touche nos frontières et il est une des destinations privilégiées des français !

Qu’évoque pour vous l’Espagne ? Les longues plages de sable, le flamenco ou encore la corrida ? Pour moi, certainement pas la troisième option mais plutôt des souvenirs de voyage avec mes parents, car j’ai eu l’occasion d’y aller à plusieurs reprises dans mon adolescence et dans ma petite enfance. J’ai, en effet, vécu dans le Sud de la France, à Perpignan, au cœur de la Catalogne française, me permettant de passer régulièrement la frontière vers la « Cataluña española », pour y découvrir à souhait la « Costa Brava ».

J’ai, par la suite, parcouru un peu plus de kilomètres pour me rendre jusqu’à la « Costa Daurada », avec l’immense plage de Tarragone, jusqu’à descendre plus au sud de l’Espagne vers Valence et Alicante (précisément pour un séjour à Jàvea, une province d’Alicante). Laissez-moi vous présenter une petite rétrospective de voyage concernant ces régions d’Espagne, en faisant appel à d’anciens beaux souvenirs…

La Costa Brava ou ma première découverte de l’Espagne

Comme je l’explique dès l’introduction de cette rubrique de blog sur les Voyages et les Langues Étrangères, j’ai choisi d’emblée, en 4e, l’Espagnol comme seconde langue. À ce moment-là, j’étais bien loin des Pyrénées car je vivais en Loire Atlantique. Je m’étais rapprochée, avec mes parents, du reste de ma famille vivant dans l’Ouest et la Bretagne. Même si j’ai choisi plus tard l’Allemand en 3e langue, au lycée, cela m’a paru comme une évidence d’opter pour cette langue chantante et joyeuse qu’est l’espagnol, faisant écho à mes anciennes escapades dans ce beau pays ensoleillé.

La Costa Brava, évoque pour beaucoup, Barcelone. Certes, un pôle incontournable de la région. Personnellement, j’y suis passée que très rapidement et je n’ai malheureusement pas pu l’apprécier à sa juste valeur. Elle m’a paru immense quand j’étais petite.  Seule petite anecdote restée dans ma mémoire : celle des voitures garées complétement sur la chaussée, avec les conducteurs sortant tranquillement pour faire une emplette dans une boutique, pour en ressortir quelques minutes après. En bref, une façon très décontractée de gérer le stress du trafic dense de la grande ville, un mode de fonctionnement urbain pas très réglementaire que l’on retrouve également chez nos amis new-yorkais, dans les rues de la Big Apple…

Barcelone est une ville très appréciée, pour son architecture, son art, son histoire, sa vie trépidante et sa gastronomie mais je ne peux hélas pas vous en dire plus, car pour moi, la Costa Brava, c’est avant tout, le charme de Rosas ! Cette magnifique petite commune, au nom poétique de Roses, évoque, dans mes souvenirs, un weekend très festif avec des amis et ma famille, quand j’avais l’âge de 16 ans.

Nous étions retournés pour deux semaines dans les Pyrénées Orientales car nous avions loué un gîte en France, à Prats-de-Mollo-la-Preste. Cela nous a permis de passer le weekend à Rosas, où nous nous sommes retrouvés à plus de vingt à dîner au restaurant, suivi d’une soirée dansante avec une vue magnifique sur les hauteurs de la ville, toute illuminée de petites lumières scintillantes. Je garde un excellent souvenir de ce moment et de ces paysages au charme unique. Elle résume à elle seule à quel point, les villes espagnoles sont animées la nuit, et, étonnamment en toute sécurité – tout du moins, à cette époque – car il y régnait une atmosphère vraiment familiale et conviviale, du fait de la présence de familles entières de touristes !

Changement de décor : vers une découverte de la Costa Daurada

Une année, nous avions décidé de nous rendre à Jàvea, dans la région d’Alicante, car nous savions qu’il y avait une communauté d’anglophones là-bas et comme d’habitude, ma joie n’était que plus grande si je pouvais être deux semaines en mode trilingue dans ma tête: que du bonheur ! J’ai toujours aimé recontrer des personnes de tous horizons et recueillir le ressenti des expatriés, rêvant déjà plus ou moins consciemment de cette vie là pour moi…

Nous avons pu agréablement échanger avec beaucoup de touristes et de résidents. J’ai perdu les détails avec le temps mais je me rappelle bien de Tarragone avec cette plage immense, de cette « paella valenciana » mangée à 15h30 de l’après-midi, après un bon bain de mer ! Je me souviens du soir sur le balcon du petit T2 cosy que nous avions loué, avec ces rires nocturnes, ces bruits de couvert à 22h – car c’était l’heure de la fin du dîner pour les espagnols et même ce petit tour de marché du centre- ville, ouvert jusqu’à midi où l’on y voyait circuler beaucoup de monde… Tout ce rythme de vie décalé, dont les temps forts et conviviaux se trouvaient aux antipodes de nos horaires figées  «à la française » , était ancré dans notre quotidien, car sans nous en rendre compte, nous étions les plus heureux du monde à l’heure espagnole, presque à vivre comme l’habitant…

Une découverte des habitants pour entrevoir un peu de la culture espagnole

Les espagnols sont sympathiques et serviables. Ils nous indiquent aimablement notre chemin. Ce qui est étonnant, c’est qu’au moment où j’écris cet article, je côtoie deux personnes qui m’offrent une vision plus complète de la culture espagnole. J’ai récemment fait connaissance avec une française passionnée comme moi par les voyages et qui vit à Barcelone en tant qu’expatriée et j’ai revu une amie l’autre jour qui est espagnole, originaire de Barcelone mais qui vit en France depuis un certain temps.

Comme quoi, le monde est petit quand on aime voyager ! On trouve toujours de quoi échanger en étant sur la même longueur d’onde, avec ceux qui ont ce goût de l’aventure et qui sont fascinés par la diversité culturelle, véritable richesse de l’humanité. Mon amie espagnole est mariée à un portugais. Elle a donc connaissance de trois cultures et elle a puisé dans les trois, pour garder le meilleur, et j’apprécie grandement sa vision équilibrée et mature de la vie.

Voyager offre décidément une vision plus juste du monde qui nous entoure. Si nous gardons l’esprit ouvert, il sera plus facile de relativiser certains points négatifs de notre culture. Nous avons tant à apprendre au contact des autres. Les chocs de culture ne sont pas des obstacles insurmontables ; ils peuvent nous faire grandir, si on les laisse nous enseigner quelque chose de profitable…

Que conclure à propos cette rétrospective ?

Que les « voyages forgent la jeunesse » comme le disait Montaigne, mais pas seulement ! Découvrir deux régions d’un même pays, au-delà du défit linguistique que cela peut représenter au niveau de la compréhension de l’accent local (et de la langue vernaculaire, ce parlé local), vous construisez le début d’un puzzle qui vous donne une vision d’ensemble de la culture de votre pays d’accueil. Je suis donc reconnaissante envers mes parents qui m’ont vraiment permis de développer le goût du voyage par la fréquence de nos courts séjours à l’étranger. Ne sous-estimez pas l’effet que des petites vacances auront sur vos choix plus tard et sur votre personnalité. L’Espagne reste un excellent souvenir sur lequel je voulais m’attarder un peu avec vous.

Et vous, quel est votre meilleur souvenir en Espagne ? J’attends vos retours en commentaires ! Au plaisir de vous lire et de partager un peu de vos récits de voyage !

– Gaëlle

Cet article a 3 commentaires

  1. Nadia

    Un très bel article et une sacrée mémoire pour nous raconter autant de souvenirs dans ce beau pays qu’est l’Espagne ! Que dire ? J’ai toujours rêvé pour ma part de vivre en Espagne… Pourquoi ? Aucune idée ! Juste un appel de la péninsule ibérique qui se faisait sentir depuis petite. Comme toi, ce fut une évidence de choisir l’espagnol en deuxième langue et un vrai plaisir de l’apprendre. Et pourtant, depuis mon Pas-de-Calais natal, j’étais quand même à des centaines de kilomètres de la première ville espagnole frontalière ! Et puis des années plus tard, mon rêve s’est réalisé, simplement en suivant le chemin qui m’est destinée. À Barcelone depuis 8 ans déjà, je ne me lasse pas de cette vie tellement agréable. Merci Gaëlle pour ce récit !

    1. Merci Nadia de ce partage, suite à cet article ! Oui petite pensée pour toi en écrivant et merci de nous livrer ton ressenti sur la vie à Barcelone ! En y passant que rapidement, j’ai bien manqué quelque chose ! Notre rencontre est ainsi une belle occasion d’échanger sur ce sujet ! Merci à toi !

  2. Gauthier Élisabeth

    Je ne connais pas ce pays que la fronde pas de la casa, mais ton récit encore une fois et ton partage de ton expérience donne envie de visiter de beau pays merci Gaëlle😍

Laisser un commentaire