Souvenirs de voyage : l’Angleterre

carte England
Gaëlle Gauthier

Gaëlle Gauthier

Souvenirs de voyage : l’Angleterre

Aimez-vous le thé ? Aimez-vous manger sucré-salé ? Avez-vous un rythme de vie bien ancré qui ne doit surtout pas déroger ? Bienvenue en Angleterre ! Voici une nouvelle rétrospective de ma série de voyages d’adolescente et de jeune adulte. Cette fois-ci, il s’agit de mon voyage scolaire de 4e ! C’est un plaisir de partager avec vous ces quelques moments qui me reviennent à la mémoire et qui ont, encore une fois, été une belle occasion de s’ouvrir à une autre culture, au-delà du but linguistique tant attendu par le corps enseignant.

En route pour un voyage scolaire dépaysant !

Comme vous le savez déjà, j’avais choisi l’option « Anglais renforcé » en 4e.. Notre professeure d’anglais, de son air sévère, était en fait une véritable passionnée qui nous avait concocté un voyage culturel et linguistique dans les environs de Stratford-Upon-Avon, la ville natale de Shakespeare, donc autant vous dire que nous allions voir du pays !

Âgée de 14 ans, je n’avais que très peu connaissance de la culture anglaise, ayant seulement le petit aperçu qu’offrait la méthode de collège très attractive, « Apple Pie ». Je ne connaissais pas encore les États-Unis mais juste le personnage de Walter Kingsley, ami de Dave, dans les dialogues de notre cours, depuis la 6e, dont l’accent intrigant m’a tout de suite plu. C’est vraiment cette année-là que j’en ai découvert plus sur nos amis anglais, leurs coutumes, leurs habitudes et aussi leur grande histoire.

Je n’avais pas de correspondante à l’époque alors que d’autres en avaient. Néanmoins, nous étions du voyage ! Nous étions quatre françaises issues de deux classes de 4e différentes, accueillies au sein d’une même famille. Nous allions donc séjourner chez l’habitant, ce qui est toujours un plus pour entendre la langue parlée et ainsi, se familiariser à un nouvel accent. Nous avons fait connaissance des autres camarades dans le car. J’avais ma meilleure amie de collège dans notre groupe de quatre donc j’étais enchantée d’avoir au moins ce point de repère dans cette aventure.

Stratford pour mieux parler la langue de Shakespeare ?

Cette année-là, ma professeure semblait très inspirée par Shakespeare, en plus de nous relater l’histoire tragique de Lady Di… On était en 1997. L’année suivante, elle nous avait fait même visionner des extraits du film « Shakespeare in love », pour nous replonger dans l’atmosphère de l’époque, en lien avec notre précédent séjour en Angleterre.

Stratford-upon-Avon, la ville où est né William Shakespeare en 1564 se situe dans le Comté du Warwickshire. C’est précisément dans les environs que nous devions nous rendre, chacun dans nos familles d’accueil respectives. Nous allions donc voir la ville de l’un des plus illustres poètes et dramaturges de tous les temps, ainsi que l’incontournable château de Warwick.

La maison de Shakespeare avait été construite dans le style des maisons à colombages et au toit de chaume de l’époque. Elle était, au XVIIe siècle, un beau cottage typique anglais.

Je me souviens vaguement d’une longue et interminable visite du château de Warwick que j’avais tout de même apprécié pour son originalité. Je me rappelle m’être achetée un porte-clé souvenir ou un stylo. Nous sommes passés aussi près de l’Université de Warwick, moins réputé que celle d’Oxford mais tout de même bien classée pour la qualité de son enseignement. L’architecture était typique avec toutes ces briques et le ciel gris donnait toujours une ambiance triste, tout en semblant garder précieusement quelques mystères fascinants, comme un arrêt dans le temps, et au cœur de l’histoire.

Je me rappelle des sandwiches en triangle pour le repas du midi et du petit déjeuner à Mc Do qui dépayserait n’importe quel français avec le très fameux œuf-bacon dans son sandwich, quand on n’est pas habitué à un « continental breakfast » !

Une maison à la campagne et non un hôtel en centre-ville

Pourquoi ne pas avoir opté pour un séjour au cœur de Londres pour un voyage scolaire ? vous demandez-vous peut-être. Mais finalement, être chez l’habitant, à l’heure anglaise était une immersion enrichissante. Je découvrais, pour la première fois, un cadre très agréable pour séjourner quelques temps. Un peu de repos bien mérité après le long trajet en ferry pour arriver à Southampton. Vous avez mal un peu partout quand vous passez la nuit dans un ferry à dormir sur une chaise, en position semi-allongée, dans un grand dortoir, pendant que d’autres ont le mal de mer et que la musique bat son plein dans un autre coin du bateau ! Installée pour quelques jours dans un joli coin campagne britannique, c’était finalement se croire au cœur d’un de ces romans de Charlotte Brontë ou de Jane Austen, devant une vue aussi reposante que mystérieuse, non dénuée de rêveries et de poésies…

Une journée marathon à Londres

Comment ne pas visiter Londres pour des collégiens ? Nous avons fini notre séjour par une journée entière à Londres !

Je me rappelle bien de Piccadilly Circus avec ses grosses enseignes et ses vitrines. Je sais que nous sommes passés à Trafalgar Square, toujours dans le quartier de Westminster mais mes souvenirs sont flous.

Je me souviens que nous avions beaucoup marché dans Londres et que nous avions pris le bus pour entrevoir Big Ben dont j’ai tenté de faire une photo à travers la vitre. J’ai gardé en mémoire la vue des fameux gardes vêtus de rouge à l’entrée du château royal de Windsor, que nous avons juste approché, bien timidement.

Je me souviens que nous avions fait le Musée de la Mode et du Textile, alors que j’aurais préféré faire le Musée Madame Tussauds, car je n’avais pas vu encore visité le Musée Grévin de Paris, fascinée par les personnages de cire.

Après avoir acheté un de ces T-shirt bleu marine « I love London » qui vous font tant envie pour prouver à toutes les copines en rentrant que vous êtes bien allée à Londres, ce fut le moment de repartir et de dire « good bye » au Tower Bridge que j’aurais rêvé de voir la nuit, tellement la vue est spectaculaire de nuit !

Certains des élèves se mirent à pleurer leur famille d’accueil dans le car, ce qui m’a beaucoup surprise, car nous n’avions pas ressenti une telle tristesse de rentrer dans notre petit groupe de quatre. Nous étions plutôt impatientes de raconter à nos familles notre voyage dépaysant !

D’autres plus belles rencontres avec des anglais

Mes liens avec l’Angleterre ne s’arrêtèrent pas là parce que j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’anglophones par la suite, notamment lorsque j’ai vécu dans la région de Châteaubriant à 21 ans. Je me rappelle de ce gentil couple de personnes âgées que j’affectionnais particulièrement et qui m’accueillait toujours quand je passais, avec une tasse de thé.

Un jour, ils avaient préparé un buffet à l’anglaise avec un apéritif avec du cheddar et de l’ananas sur une même brochette : étrangement bon cette cuisine curieuse !

Je me souviens d’avoir fait une autre rencontre bien sympathique près de chez moi, avec cette jeune fille avec qui j’ai correspondu par lettre pendant quelques temps quand elle était rentrée chez ses parents au Royaume-Unis. Elle trouvait que c’était bien difficile, en France, pour nous français – et déjà à l’époque ! – de trouver un emploi qui corresponde réellement à nos compétences par rapport à l’Angleterre… Et oui, ce système français et cette obsession du diplôme, alors que les Anglais savent donner la chance aux débutants motivés !

Concernant la mentalité anglaise, comme dans toute culture, il y a des points forts. Je dirais que les rencontres que l’on peut faire avec les anglais ne sont pas celles fusionnelles à l’américaine mais elles peuvent rester longtemps dans la mémoire car ce sont des personnes qui manifestent cette constance et cette fidélité en amitié en toutes circonstances.

Je m’explique. Si vos nouveaux amis américains vous invitent à venir dans leur pays, ils le pensent et ils sont sincères et vous serez certainement reçu avec la plus grande hospitalité mais si vous ne sautez pas le pas, et que vous êtes trop hésitants « à la française » (du style : « j’attends de leurs nouvelles et qu’ils me reproposent car ça ne se fait de demander si c’est toujours d’accord pour que je vienne en vacances »), vous n’aurez probablement pas d’email qui vous sollicitera à nouveau. Par contre, si vos amis anglais vous invitent, ils vous attendront non seulement de pied ferme mais ils ne cesseront pas de vous solliciter même après votre séjour, avec de jolies « postcards » aussi originales que richement décorées.

 L’accueil est toujours gentil et courtois chez nos amis outre-manche, sans grandes effusions, certes, mais vous pouvez être sûrs qu’une fois rentrés chez vous, vous ne risquez pas de perdre le contact ! En bref, ils sont vraiment attachants et d’une affection sincère, même si elle est discrète, et elle déçoit pas !

Merci d’avoir suivi ce nouveau récit-souvenirs de voyage. J’espère qu’il vous aura plu. Je vous dis à très bientôt, jeudi prochain, car nous partirons vers une autre direction, la Suisse !

– Gaëlle

Cet article a 2 commentaires

  1. Gauthier Élisabeth

    Original l’Angleterre, je ne pensais pas que c’était un pays merveilleux, que je découvre par ton récit car je n’ai pas eu lz changé de faire des voyages scolaires de mon temps cela ne se faisait pas ou c était trop cher en budget pour une famille de 5 enfants. Mais la découverte de l’Angleterre est enfin de compte passionnant, j’espère qu’un jour j’aurais l’occasion de m’y rendre, tu m’as donné envie de visiter ce pays 😍

  2. Gaëlle Gauthier

    Merci ! C’est vrai que ça a été un réel plaisir de rédiger cet article sur de très vieux souvenirs remontant au collège ! Je suis très américanophile à la base mais j’ai beaucoup pris du recul et j’apprécie de voir en chaque pays des points forts et quelques points faibles et étrangement, en rédigeant cette rétrospective, j’ai vraiment ravivé de beaux souvenirs sur l’Angleterre et oui ! les Anglais ont beaucoup de belles choses à nous apprendre et leur culture est également très riche !

Laisser un commentaire