Les langues étrangères : une passion pour vous ou une simple nécessité ?

dictionnaires
Gaëlle Gauthier

Gaëlle Gauthier

Les langues étrangères : une passion pour vous ou une simple nécessité?

Qui parmi vous aime apprendre une langue étrangère ? J’imagine certains visages radieux et j’en perçois d’autres avec des grimaces ! Oui, apprendre une langue est un investissement en temps et en énergie et ce n’est pas inné puisque cela réclame des efforts et de la persévérance, mais avez-vous seulement songé à la clé que vous obtenez entre vos mains, lorsqu’il s’agit de voyager dans le pays qui vous fascine ? Plongez-vous quelques instants sur les avantages de s’investir dans l’apprentissage de la langue de cœur des habitants de votre destination préférée et voyez l’interaction sociale comme une composante majeure d’un voyage réussi, au-delà des immenses et magnifiques paysages qui s’offrent à vous !

Passionnés, polyglottes, linguistes : est-ce que vous en connaissez un « spécimen » dans votre entourage ?

Je ne prétends pas me placer en experte mais je me range spontanément dans le rang des passionnés de langues étrangères ! Comme je l’explique dans mon premier article « Ce que voyager peut changer en vous », j’ai commencé à me passionner pour l’apprentissage des langues étrangères dès le début du collège. Postbac, j’ai opté pour la faculté de Lettres Modernes, avec l’objectif très vague d’être bibliothécaire plus tard en intégrant une école renommée, mais, en réalité, j’ai longtemps hésité, entre l’université de Lettres et l’université de Langues (filière LLCE).

Ce n’est guère facile à 18 ans de décider pour toute une vie !  J’ai malheureusement dû arrêter ma deuxième année d’études en catastrophe pour des raisons personnelles, ce qui a beaucoup freiné mes aspirations et mes ambitions… Si je fais un petit step back, je dois dire que ce début de cursus était passionnant et ça a été l’occasion de prendre l’option « Italien débutant » (depuis le temps que je rêvais d’apprendre l’italien !). Il y a parfois une nette différence entre les métiers qui nous font rêver – avec des étoiles plein les yeux – et les métier-passions qui collent parfaitement avec notre personnalité et nos envies et, qui sont aussi compatibles avec nos diverses responsabilités, que ce soit pour un meilleur équilibre dans notre vie de famille ou tout autre raison. C’est une question bien subtile quand on aborde le choix d’un métier pour travailler avec les langues étrangères. C’est une thématique que j’aurai le plaisir d’aborder avec vous dans un autre article de blog.

Avec le recul, je me dis que j’aurais peut-être dû choisir l’UFR de langues pour exercer en France le métier de traductrice plus rapidement (une opportunité professionnelle que j’ai eu finalement, plus tard, en Italie !), mais, en même temps, qui dit « Lettres » dit « auteure », mon métier de cœur aujourd’hui ! Mais, assez parler de moi, revenons à notre sujet, utile à tous voyageurs que vous êtes : comment faut-il considérer l’apprentissage d’une langue quand on aime les voyages ? Est-ce que ça vaut vraiment la peine de s’y pencher pour un voyage de 15 jours ? En un mot : oui ! Je vous en dis plus, ci-après !

Un passeport vers le cœur des habitants pour partir à la découverte de leur culture

Voyager dans un pays étranger sans parler la langue de ses habitants, c’est un peu comme manger la même variété de pomme tous les jours alors qu’il en existe plus de 7000, aux caractéristiques différentes. C’est comme voir un paysage en noir et blanc au lieu de l’apprécier en couleur. Vous me suivez ? Oui, comment vous décrire ce que je ressens et trouver les mots ? Communiquer dans la langue de l’habitant c’est un passeport supplémentaire, dont les données ne se trouvent pas dans votre passeport marron biométrique car vous disposerez dès lors, d’un moyen de communication unique en lien avec la culture locale et surtout, ses habitants !

Certains objecteront peut-être que puisqu’on peut « se débrouiller » en anglais, pourquoi faire cet effort dans une langue plus compliquée ? Je comprends votre sentiment parce que nous savons tous que l’anglais est la langue « internationale » mais l’est-elle vraiment partout ? Je dirais qu’elle l’est officiellement mais vous vous rendrez vite compte en voyageant qu’elle n’est pas la « tasse de thé » de tous nos interlocuteurs, que certains habitants européens ne l’emploient pas ou peu (comme en Grèce !) ou qu’il est parfois difficile de bien comprendre un autochtone en raison de son fort accent local quand il s’exprime dans la langue de Shakespeare ! Pourquoi donc se fatiguer à chercher à communiquer avec grande difficulté avec une personne parlant mal l’anglais, alors qu’il serait plus simple d’avoir appris des rudiments de la langue du pays au moyen d’un petit guide de conversation, pour obtenir les bonnes réponses à nos questions ?

Des efforts qui en valent la peine : voici une méthode simple, rapide et efficace

Je ne suis pas formatrice en langue, ni linguiste mais j’ai mes petites astuces d’autodidacte, quand me prend l’envie de me plonger dans une nouvelle langue ! J’ai abordé, il y a quelques années, l’hindi et l’arabe de cette façon, même si, par manque de temps, je n’ai pas pu continuer mon apprentissage, pourtant si passionnant. Apprendre une langue qui n’a pas l’alphabet latin est une autre paire de manches, un challenge qui me tentait, tout simplement !

J’ai, d’emblée, une attirance pour les langues orientales bien plus qu’asiatiques. Cependant, j’ai une amie qui parle bien le chinois car elle le pratique depuis plus de cinq ans et j’ai tout de même été fascinée par sa façon de s’exprimer et par la beauté des caractères chinois, même pour ce qui est du chinois simplifié. La calligraphie chinoise est d’ailleurs d’une grande beauté, tout comme la calligraphie arabe… Ceci dit, je conçois tout à fait que si vous rendez en Asie ou en Inde, vous soyez désarçonnés face à une nouvelle écriture mais ce dont j’aimerais vous faire part ici, ce n’est pas la langue dans son aspect complet avec sa variété de sons (dental, palatal, alvéolaire etc…), ni dans ses caractères d’écriture mais plutôt dans ses sonorités pour arriver en fin de compte, à y puiser le dialogue de base du voyageur à l’habitant, vous permettant de communiquer réellement, c’est-à dire de comprendre ce qui vous est dit et de vous faire comprendre !

Ma technique est simple. Mon premier conseil : écouter la langue avant de partir. Comment ? Par le biais de la radio et/ou des films que vous pourrez mettre en V.O. Cette phase dite d’« écoute passive », en bruit de fond, va vite se transformer en « écoute active » quand vous vous rendrez compte que vous entendez les mêmes sons et les mêmes expressions de base, qui sont des points clés du dialogue de la vie courante. Vous commencerez d’abord par vous immerger dans la « musicalité » de cette nouvelle langue, totalement incompréhensible, au départ pour vous surprendre à en reconnaître des bribes qui finiront par s’enregistrer dans votre mémoire et là, vous saurez que vous êtes prêt à vous investir un petit peu plus dans la conversation de niveau débutant !

Les avantages de choisir les films pour démarrer plutôt qu’une chaîne radio, sont la qualité du débit des locuteurs et les sous-titres. Le débit peut être moins rapide quand le natif s’exprime dans un film et il est modulé en fonction du scénario de l’histoire, que vous découvrez à travers les images qui éclaireront votre compréhension. Il est possible également de choisir l’option sous-titrage. Il peut être intéressant de l’utiliser dans la langue audio si l’alphabet est latin, dans un premier temps. Ainsi, vous repérerez les expressions qui reviennent et qui pourront vous servir lors de votre voyage. Sinon, passez directement au sous-titre en français pour faire l’effort d’entendre les sonorités tout en comprenant globalement le sens.

La radio, par contre, peut vous assurer un accent de référence, une prononciation des plus conformes car la diction a été largement travaillée par le professionnel qui anime sa chaîne, qui est concentré sur les capacités d’écoute de ses auditeurs, en prononçant chaque mot de façon intelligible. À vous de choisir. En tout cas, ce travail d’écoute est un prélude à l’apprentissage et il peut être commencé des mois avant votre départ en vacances, si votre objectif est donc de communiquer mieux sur place. Trois mois avant de partir, il sera temps de passer à l’étape 2 : le petit guide de conversation.

Vous avez remarqué dans les librairies ces petits guides de conversation, à la couverture colorée, attractive et humoristique ? Effectivement, ces petits guides de conversation sont extrêmement bien conçus car ils vous emmènent pas à pas, de façon ludique, vers les bases de la langue parlée. Ce serait dommage de passer à côté de « l’apprentissage-détente » qu’il est possible d’entrevoir grâce à ces différents auteurs et éditeurs spécialisés.

Le plus d’acheter un guide avant son départ, c’est d’avoir un mini lexique à la fin qui vous donne du vocabulaire utile en cas de litige sur place. Les dialogues peuvent parfois être écoutés en audio, comme les méthodes de langues plus élaborés avec les QR codes et les applications gratuites de l’éditeur, après l’achat de votre petit guide de poche ! L’avantage de ces dialogues, c’est qu’ils sont construits de façon à vous faire déjà découvrir la culture et même l’humour des habitants et qu’il vous donne un outil puissant dans l’apprentissage : la visualisation. Pas à pas, vous vous sentez proche de cette vie là-bas et vous vous imaginez vous aussi demander la route à un passant, boire un café en terrasse, attendre un transport en commun etc… Qui sait si les situations décrites dans ce guide que vous aurez entre les mains ne seront pas le reflet de votre quotidien de futur d’expatrié ?

En conclusion, sur cette thématique du jour, j’espère vous avoir convaincu d’une chose : apprendre une langue n’est pas forcément laborieux ni un choix par nécessité mais plutôt le plaisir de s’ouvrir au monde d’une autre façon ! Et qui dit que vous n’allez pas vous passionner, vous aussi, pour cet apprentissage et vous découvrir quelques talents de linguistes ? Bref, pour conclure cet article, tous à vos guides de conversation ! Bons préparatifs de voyage et à bientôt !

– Gaëlle

La publication a un commentaire

  1. Gauthier Élisabeth

    Pour moi, je trouve formidable les personnes comme toi passionnée par les langues et en plus de pouvoir apprendre aussi vite une nouvelle langue, étant seule, pour ma part je trouve que cela est difficile et il faut du temps, de la patience mais surtout être passionné par les langues étrangères, franchement moi je ne c est pas si j’en serais capable mais je te félicite de nous partager ta passion pour les langues au moins cela nous fait rêver😍😍👍👍

Laisser un commentaire